Cas de pneumonies associées à un nouveau coronavirus (2019-nCov) à Wuhan, en Chine

Cas de pneumonies associées à un nouveau coronavirus (2019-nCov) à Wuhan, en Chine

-----------------------------
Rédigé le 23/01/2020
Actualités médicales
-----------------------------


Chiffres clés au 22 janvier 2020

  • 448 cas confirmés d’infection par le 2019-nCoV
  • 9 décès à Wuhan, Chine
  • 12 provinces de Chine continentale ainsi que Taiwan et Macao déclarent des cas
  • 4 autres pays ont confirmé un ou plusieurs cas importés : Thailande, Japon, République de Corée, Etats-Unis

Résumé de la situation

Le 31/12/2019, l’OMS a été informée par les autorités chinoises d’un épisode de cas groupés de pneumonies dont tous les cas avaient un lien avec un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan, en Chine, le Huanan South China Seafood Market. Le 09/01/2020, un nouveau coronavirus (2019-nCoV différent des virus SARS-CoV, responsable de l'épidémie de SRAS en 2003 et MERS-CoV, responsable d’une épidémie évoluant depuis 2012 au Moyen-Orient) a été identifié comme étant la cause de cet épisode. Le marché a été fermé et désinfecté le 1er janvier, mais la source d’infection n’a pas été identifiée à ce jour.

Parmi les 41 premiers cas détectés à Wuhan, la plupart travaillent dans le Huanan South China Seafood Market où des animaux vivants sont vendus, ou l’ont fréquemment visité, indiquant une probable contamination d’origine animale. 

Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire aiguë (fièvre, toux), mais des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires détectables radiologiquement compatibles avec des infiltrats bilatéraux étendus sont également décrits, ainsi que des formes plus sévères.

La transmission interhumaine du 2019-nCoV est avérée, sur la base des informations disponibles attestant notamment de cas de transmission entre personnes d’une même famille, ou de patient à soignant. Toutefois les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’évaluer le degré de facilité avec laquelle le virus se transmet d’homme à homme. D’autre part, il est probable que la source d’infection demeure active. 

A l’heure actuelle le risque d’introduction en France de cas liés à cet épisode est considéré comme modéré, toutefois des cas importés de Wuhan sont susceptibles d’être détectés en raison des liaisons aériennes directes fréquentes avec Paris. Cependant, le risque de propagation secondaire du virus dans la population française est considéré actuellement comme très faible.

 

Cause

Cette pneumonie est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, pour le moment identifié sous le nom de 2019-nCoV. Le réservoir de virus est probablement animal mais n'a pas encore été identifié avec certitude.

Symptômes

D’après les éléments communiqués par les autorités chinoises pour les cas confirmés, les symptômes principaux sont la fièvre et des signes respiratoires de type, toux, sensation d'oppression et/ou douleur thoracique, avec parfois dyspnée (essoufflement). La durée de l'incubation semble être de l'ordre de 7 jours mais pourrait aller jusqu'à 14 jours. Dans les cas plus graves, qui semblent concerner à ce jour principalement des personnes vulnérables en raison de leur âge ou de comorbidités (maladies associées), le patient peut être atteint d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi viscérale pouvant entraîner le décès.

Transmission

La majorité des cas initialement décrits concernait des personnes ayant fréquenté un marché d’animaux vivants. L’hypothèse d’une zoonose (maladie transmise par les animaux) est donc privilégiée. Le risque de transmission interhumaine, initialement considéré comme nul ou faible est désormais établi en raison de la survenue de pneumonies dues à ce virus chez des personnels soignants chinois s'étant occupés des premiers patients malades.

Comment se fait le diagnostic ?

La suspicion du diagnostic repose actuellement sur l’existence des signes d’infection respiratoire non liés aux virus hivernaux habituels chez une personne exposée au virus au cours des 14 jours précédant l’apparition des symptômes.

Un test diagnostique spécifique est en cours de développement par le Centre national de référence des virus des infections respiratoires (dont la grippe) de l’Institut Pasteur afin de détecter ce nouveau virus sur des prélèvements d'origine respiratoire.

Prise en charge et traitement

Les patients potentiellement infectés par le 2019-nCoV doivent être pris en charge dans l’un des établissements identifiés sur le territoire français pour la prise en charge des cas possibles et confirmés d'infections à MERS-CoV. Il n’y a actuellement pas de traitement spécifique vis-à-vis de ce type d’infection à coronavirus. Le traitement est donc symptomatique.

Toute personne présentant une infection respiratoire aiguë (fièvre, toux, essoufflement) dans les 15 jours après être revenue d’un séjour en Chine doit faire le 15 qui décidera de la conduite à tenir.

 

Sources:

Santé Publique France https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/cas-de-pneumonies-associees-a-un-nouveau-coronavirus-2019-ncov-a-wuhan-en-chine

Institut Pasteur https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/coronavirus-wuhan