Thérapie comportementale et cognitive pour les adultes souffrant d'acouphènes

Thérapie comportementale et cognitive pour les adultes souffrant d'acouphènes

-----------------------------
Rédigé le 08/03/2020
Lecture du jour
-----------------------------


Auteurs:  Fuller T, Cima R, Langguth B, Mazurek B, Vlaeyen JWS, Hoare DJ

Quel est l’objectif de cette revue ?

Le but de cette revue Cochrane était de découvrir si la thérapie comportementale et cognitive (TCC) est efficace contre les acouphènes. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question.

Messages clés

Il existe

des preuves de certitude faible à modérée que la TCC pourrait réduire l'impact négatif que les acouphènes peuvent avoir sur la qualité de vie à la fin du traitement, avec peu ou pas d'effets indésirables (bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires à ce sujet).

Quel était l’objet de la revue ?

Les acouphènes sont la perception de sons dans l'oreille ou la tête sans aucune source extérieure. Ils sont souvent décrits comme un son de tintement, de sifflement, de bourdonnement ou de claquement. Les acouphènes sont principalement pris en charge par l'éducation et/ou le conseil, la thérapie de relaxation, la thérapie d'accoutumance à l'acouphène et les générateurs de sons au niveau de l'oreille ou les appareils auditifs. La TCC est une forme de thérapie par la parole qui vise à modifier la réponse émotionnelle et/ou comportementale du patient à son acouphène. Cette revue s'est penchée sur les études de TCC chez les adultes qui avaient des acouphènes depuis au moins trois mois. Les participants des groupes témoins n'ont pas bénéficié d'une intervention, de soins d’audiologie (auditifs), de la thérapie d'accoutumance à l'acouphène ou d'un autre type de traitement. Les auteurs de la revue ont étudié l'effet de la TCC sur la qualité de vie liée aux acouphènes, les effets indésirables, la dépression, l'anxiété, la qualité de vie générale et les interprétations des acouphènes biaisées négativement.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons trouvé 28 études pertinentes, pour la plupart menées en Europe, avec un total de 2 733 participants. Les participants recevant la TCC ont été traités pendant trois à 22 semaines (la plupart du temps en clinique ou en ligne).

Lorsque la TCC a été comparée à l'absence d'intervention, il y avait des données probantes de faible certitude indiquant que la TCC pourrait réduire l'impact négatif de l'acouphène sur la qualité de vie à la fin du traitement. On ne sait pas si cet effet persiste à long terme (six ou douze mois). Il y a eu peu ou pas d'effets indésirables (un seul effet indésirable a été signalé chez un participant sur sept études). La TCC pourrait également réduire légèrement la dépression (données probantes de faible certitude) et pourrait réduire l'anxiété, bien que cette conclusion soit très incertaine. Il n'est pas non plus certain que la TCC améliore la qualité de vie générale ou les interprétations des acouphènes biaisées négativement.

En comparaison avec les soins d’audiologie, la thérapie d'accoutumance à l'acouphène et d'autres types de traitement, il a été constaté que la TCC réduit probablement l'impact négatif des acouphènes sur la qualité de vie. La certitude de ces données probantes varie de modérée à faible. Lorsqu'ils ont été signalés, il y a eu peu d'effets indésirables et pas de différence significative entre les groupes. Pour la dépression, l'anxiété et la qualité de vie en général, les résultats étaient plus mitigés et les données probantes moins certaines. Il existe des données probantes de certitude modérée que la TCC pourrait réduire les interprétations des acouphènes biaisées négativement par rapport aux autres types de traitement, mais par rapport aux soins d’audiologie et à la thérapie d'accoutumance à l'acouphène, les données probantes sont moins certaines.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont cherché des études qui avaient été publiées jusqu'en novembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

La TCC pourrait être efficace pour réduire l'impact négatif que l'acouphène peut avoir sur la qualité de vie. Il y a cependant une absence de données probantes à 6 ou 12 mois de suivi. Il existe également quelques données probantes sur le fait que les effets indésirables pourraient être rares chez les adultes souffrant d'acouphènes et recevant une TCC, mais cela pourrait faire l'objet d'une enquête plus approfondie. La TCC contre les acouphènes pourrait avoir un petit avantage supplémentaire dans la réduction des symptômes de la dépression, bien que l'incertitude demeure en raison de préoccupations concernant la qualité des données probantes. Dans l'ensemble, il y a peu de données probantes sur le fait que la TCC contre les acouphènes améliore l'anxiété, la qualité de vie liée à la santé ou les interprétations des acouphènes biaisées négativement.

Contexte: 

Les acouphènes touchent jusqu'à 21 % de la population adulte et on estime que 1 à 3 % d'entre eux souffrent de problèmes graves. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) est un ensemble de traitements psychologiques basés sur les traditions cognitives et comportementales en psychologie et souvent utilisés pour traiter les personnes souffrant d'acouphènes.

Objectifs: 

Évaluer les effets et l'innocuité de la TCC contre les acouphènes chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information en ORL de Cochrane a fait des recherches dans le registre des essais en ORL ; CENTRAL (2019, numéro 11) ; Ovid MEDLINE ; Ovid Embase ; CINAHL ; Web of Science ; ClinicalTrials.gov ; ICTRP et d'autres sources pour les essais publiés et non publiés. La date de la recherche était le 25 novembre 2019.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) sur la TCC par rapport à l'absence d'intervention, aux soins d’audiologie, à la thérapie d'accoutumance à l'acouphène ou à tout autre traitement actif chez les participants adultes souffrant d'acouphènes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards définies par Cochrane. Nos critères de jugement principaux étaient l'impact de l'acouphène sur la qualité de vie spécifique à la maladie et les effets indésirables graves. Nos critères de jugement secondaires étaient : la dépression, l'anxiété, la qualité de vie générale liée à la santé, les interprétations des acouphènes biaisées négativement et d'autres effets indésirables. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 28 études (principalement d'Europe) avec un total de 2 733 participants. Tous les participants avaient des acouphènes depuis au moins trois mois et leur âge moyen se situait entre 43 et 70 ans. La durée de la TCC variait de 3 à 22 semaines et elle a été effectuée principalement dans les hôpitaux ou en ligne.

Il y a eu quatre comparaisons et nous nous sommes intéressés aux résultats à la fin du traitement et au suivi après 6 et 12 mois. Les résultats ci-dessous ne concernent que les résultats à la fin du traitement en raison de l'absence de données probantes aux autres moments du suivi.

La TCC par rapport à l'absence d'intervention/au groupe contrôle sur liste d'attente

Quatorze études ont comparé la TCC à l'absence d'intervention/à un groupe contrôle sur liste d'attente. Pour le critère de jugement principal, la TCC pourrait réduire l'impact des acouphènes sur la qualité de vie à la fin du traitement (différence moyenne standardisée (DMS) -0,56, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,83 à -0,30 ; 10 études ; 537 participants ; faible certitude). Re-exprimé sous forme de score sur l'inventaire des handicaps liés aux acouphènes (en anglais : Tinnitus Handicap Inventory, THI ; scores de 0 à 100), cela équivaut à un score de 10,91 points inférieur dans le groupe TCC, avec une différence minimale cliniquement importante (DMCI) estimée à 7 points pour cette échelle. Sept études, jugées comme étant de certitude moyenne, ont rapporté ou nous ont informés par communication personnelle les effets indésirables graves. La TCC entraîne probablement peu ou pas de différence sur les effets indésirables : six études n'en ont rapporté aucun et dans une étude, un participant à la TCC a vu son état s'aggraver (rapport de risque (RR) de 3,00, IC à 95 % de 0,13 à 69,87). Pour les critères de jugement secondaires, la TCC pourrait entraîner une légère réduction de la dépression (DMS -0,34, IC à 95 % -0,60 à -0,08 ; 8 études ; 502 participants ; faible certitude). Cependant, nous ne savons pas si la TCC réduit l'anxiété, améliore la qualité de vie liée à la santé ou réduit les interprétations des acouphènes biaisées négativement (toutes de très faible certitude). Dans sept études, aucun autre effet indésirable n'a été signalé (certitude modérée).

La TCC par rapport aux soins d’ audiologie

Trois études ont comparé la TCC aux soins d’audiologie. La TCC réduit probablement l'impact des acouphènes sur la qualité de vie par rapport aux soins d’audiologie tels que mesurés par le THI (scores de 0 à 100 ; différence moyenne (DM) -5,65, IC à 95 % -9,79 à -1,50 ; 3 études ; 444 participants) (certitude modérée ; DMCI = 7 points). Aucun effet indésirable grave n'est survenu dans les deux études incluses qui en font état, de sorte que les rapports de risque n'ont pas été calculés (certitude modérée). Les données probantes suggèrent que la TCC pourrait réduire légèrement la dépression, mais qu'elle pourrait entraîner peu ou pas de différence sur l'anxiété ou la qualité de vie liée à la santé (toutes de faible certitude) par rapport aux soins d’audiologie. La TCC pourrait réduire les interprétations des acouphènes biaisées négativement par rapport aux soins d’audiologie (faible certitude). Aucun autre effet indésirable n'a été signalé pour l'un ou l'autre des groupes (certitude modérée).

La TCC par rapport à la thérapie d'accoutumance à l'acouphène (en anglais : Tinnitus Retraining Therapy, TRT)

Une étude a comparé la TCC à la TRT (y compris les générateurs de sons bilatéraux selon le protocole de la TRT). La TCC pourrait réduire l'impact de l'acouphène sur la qualité de vie, tel que mesuré par le THI, par rapport à la TRT (scores de 0 à 100) (DM -15,79, IC à 95 % -27,91 à -3,67 ; 1 étude ; 42 participants ; faible certitude). Concernant les effets indésirables graves, la situation de trois participants s'est détériorée pendant l'étude : un dans le groupe TCC (n = 22) et deux dans le groupe TRT (n = 20) (RR 0,45, IC à 95 % 0,04 à 4,64 ; faible certitude). Nous ne savons pas si la TCC réduit la dépression et l'anxiété ou si elle améliore la qualité de vie liée à la santé (faible certitude). La TCC pourrait réduire les interprétations des acouphènes biaisées négativement. Aucune donnée n'était disponible pour les autres effets indésirables.

La TCC par rapport à un autre contrôle actif

Seize études ont comparé la TCC à un autre contrôle actif (p. ex. relaxation, information, forums de discussion sur Internet). La TCC pourrait réduire l'impact de l'acouphène sur la qualité de vie par rapport à d'autres traitements actifs (DMS -0,30, IC à 95% -0,55 à -0,05 ; 12 études ; 966 participants ; faible certitude). Re-exprimé en score THI, cela équivaut à 5,84 points de moins dans le groupe TCC que dans l'autre groupe témoin actif (DMCI = 7 points). Une étude a rapporté que la situation de trois participants s'est détériorée : un dans le groupe TCC et deux dans le groupe information seulement (RR 1,70, IC à 95 % 0,16 à 18,36 ; faible certitude). La TCC pourrait réduire la dépression et l'anxiété (avec une faible certitude chez les deux). Nous ne savons pas si la TCC améliore la qualité de vie liée à la santé par rapport aux autres témoins. La TCC réduit probablement les interprétations des acouphènes biaisées négativement par rapport aux autres traitements. Aucune donnée n'était disponible pour les autres effets indésirables.