Item 436: syndrome du gros docteur violet

Item 436: syndrome du gros docteur violet

------------------------
Rédigé le 19/02/2019
Par Z
------------------------

UE 13 Ethnologie médicale

Le gros docteur violet est un syndrome que l’on rencontre fréquemment. Il a déjà été abordé dans l’item 428 Docteurite aigüe et dans l’item 409 Patient vindicatif. Il s’agit d’une pathologie multifactorielle.

-Epidémiologie:

Il touche en majorité des docteurs de sexe masculin entre 43 et 60 ans, avec un pic à 49 ans. Son incidence est de 3000 nouveaux cas par an en France, stable depuis 1958 (donnée INSEE 2017).

-Comorbidités:

70% des gros docteurs violets présentent des comorbidités. 40% sont chef de service, 10% sont chefs de pôle, 37% sont cardiologues.

-Facteurs de risque:

Le facteur de risque principal du gros docteur violet est d’être un médecin homme universitaire. Des études suggèrent que les spécialités chirurgicales sont plus à risque. Le seul facteur de risque ayant un rôle démontré dans la genèse de la pathologie est l’absence totale de sens de l’humour et d’auto-dérision.

-Physiopathologie:

Le gros docteur violet se forme progressivement sur plusieurs années à partir d’un petit externe grincheux. Dans 20% des cas, l’entrée dans la maladie se fait dès les trois premières années d’évolution, le gros docteur violet est alors encore interne (c’est le syndrome de l’interne infect). Pour 80% des cas, il faut au moins dix ans d’évolution pour voir apparaître des signes quotidiens de la maladie.

-Signes cliniques:

La maladie se manifeste essentiellement pas son atteinte neurologique.  Il existe une atteinte précoce de la sensibilité. Le gros docteur violet ne ressent plus aucune empathie et a tendance à perdre patience face aux personnes souffrantes. 

Au moment du diagnostic, on peut voir un syndrome cardinal avec la triade: rougeur, vexation, incompétence.

Il peut exister une aphasie sélective (le gros docteur violet ne parle plus qu’aux gros docteurs violets) ainsi qu’une amimie (le visage reste figé en un rictus agressif).

Les troubles du comportement apparaissent à la phase de plateau: mains aux fesses, humiliation des subalternes, corruption.

Le signe de Schdick, qui n’est pas toujours présent, est pathognomonique du gros docteur violet: le docteur atteint répète « j’ai fait quinze ans d’études » à la fin de chaque phrase.

A cette phase de la maladie, le gros docteur violet ne peut plus approcher les patients seul. Il est nécessaire qu’il soit entouré d’une dizaine d’étudiants en médecine. Pour des raison d’organisation pratique, on réduit donc son temps avec les patients à un jour par semaine. Il est alors fréquent que le gros docteur violet achète une très grosse voiture pour mieux vivre sa maladie.

Il existe une anosognosie constante: le gros docteur violet ne se remettra jamais en question.

-Diagnostic:

Selon les recommandations de la SEGM (Société d’Etude des Gros Melons), le diagnostic de gros docteur violet requiert les deux critères majeurs, ou le critère majeur 1 et deux critères mineurs.

Critères majeurs:

  1. Homme médecin
  2. N’a jamais ri de lui-même

Critères mineurs:

  1. Au moins deux plaintes pour harcèlement sexuel
  2. Répète que de son temps au moins on bossait
  3. PU-PH
  4. Ne donne jamais les cours pour lesquels il est payé

Traitement:

Malheureusement aucun traitement n’a aujourd’hui l’AMM. La HAS recommande d’attendre la retraite du médecin et de dépister au plus tôt les gros docteurs violets au moment des recrutements, pour les diriger vers des postes dans la finance.

-Dépistage:

Il est possible de réaliser un dépistage ciblé dans la population des externes en médecine. Des études ont montré que les externes qui donnent des ordres aux infirmier.e.s dès leur première année ont un risque relatif de 5,9 pour le syndrome de gros docteur violet (p<0,005).

Note: en raison du fort impact négatif sur la santé publique, il s’agit d’une maladie à déclaration obligatoire (MDO n°35).

Fiche flash ECNi item 426:

Moyen mnémotechnique pour résumer tout l'item: MACHO
  • M: méchant
  • A: arrogant
  • C: CHU
  • H: haffreux
  • O: orrible

Remarque: le titre de cet article est inspiré du titre de l’item ECN numéro 345: « grosse jambe rouge ».