Homéopathie, argent et politique : la suite du feuilleton, avec Agnès Buzyn et Emmanuel Macron

Homéopathie, argent et politique : la suite du feuilleton, avec Agnès Buzyn et Emmanuel Macron

------------------------
Rédigé le 09/07/2019
Par jeanyvesnau
------------------------

Bonjour

Comment s’en lasser ? Si l’on en croit Les Echos, après plusieurs jours d’hésitations, le chef de l’État aurait « conforté ce 9 juillet  » Agnès Buzyn dans son choix de dérembourser totalement l’homéopathie. « Dix jours après les conclusions de la Haute Autorité de Santé, Emmanuel Macron a finalement opté pour un déremboursement total de l’homéopathie, et non partiel comme le préconisait notamment Xavier Bertrand », affirme le quotidien économique.   

« Si cet arbitrage est définitivement confirmé, il s’agirait d’une victoire politique pour Agnès Buzyn qui a pesé de longue date en faveur du déremboursement, assure Le Quotidien du Médecin.  Ce 9 juillet, lors d’une séance de questions devant le Sénat, la ministre a indiqué qu’elle s’exprimerait sur le remboursement de l’homéopathie demain10 juillet. »

« Victoire » pour Agnès Buzyn qui serait « confortée » ? C’est là une bien étrange façon de réécrire l’histoire. Le 12 avril 2018, invitée de la matinale sur RMC-BFM TV, Agnès Buzyn annonçait, au début de la touremnte, que les spécialités homéopathiques continueraient à être remboursées par l’assurance maladie, même si c’est«probablement un effet placebo». «Les Français y sont attachés. Si cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques, je pense nous y gagnons collectivement. Voilà, ça ne fait pas de mal ! », osait alors la ministre qui fut la cible d’innombrables moqueries sur les résaux sociaux 1.

Puis cette même ministre assura qu’elle ne déciderait pas mais qu’elle s’en remettrait à l’avis de la Haute Autorité de Santé. Et aujourd’hui elle « aurait pesé de tout son poids » ? On en reste coi.

Et puis ces mots d’Agnès Buzyn, dans Le Parisien du 10 juillet : « Pourquoi je dérembourse l’homéopathie » (sic)

« J’ai toujours dit que je suivrais l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS), j’ai donc décidé d’engager la procédure de déremboursement total. Il sera effectif au 1er janvier 2021. Mais pour se laisser le temps de la pédagogie et accompagner les patients, j’ai souhaité organiser une période de transition. À partir du 1er janvier 2020, nous mettons donc en place une année de remboursement intermédiaire à 15 %, contre 30 % aujourd’hui. Cela laissera aussi le temps aux industriels de s’organiser.

« La règle est que tout ce qui est financé par la solidarité nationale est d’abord évalué par la HAS, qui renouvelle son avis sur le service médical rendu tous les cinq à dix ans pour la grande majorité des traitements. Seuls les médicaments homéopathiques y ont échappé. En 1984, la ministre des Affaires sociales de l’époque [Georgina Dufoix], a décidé de son remboursement sans passer par cette procédure. C’était un choix (…)  Face à l’actuelle controverse dans l’opinion publique, j’ai saisi la HAS le 1er août 2018 (…) Je suis donc son avis qui recommande le déremboursement. »

« Plus d’un million de Français ont exprimé leur désaccord dans une pétition. Ce sera une mesure impopulaire. Vous serez « la » ministre qui dérembourse… » avance Le Parisien. Agnès Buzyn :

« Oui, je l’assume. Car, déjà, une grande partie de ces médicaments ne sont pas remboursés. Pour les 1200 autres, consommés par environ 7 millions de Français en 2018, la somme moyenne remboursée est de 18 euros par an, soit moins de 1,5 euro par mois. L’an passé, les plus grands consommateurs n’ont reçu que 25 euros de l’Assurance maladie. Ils représentent moins de 1 % des Français. Je ne pense donc pas que cette mesure freinera le recours à l’homéopathie. »

Dérembourser sans freiner ? Nous y reviendrons.

A demain @jynau

A demain @jynau

1 Voir « La guerre de l’homéopathie touche peut-être bientôt à sa fin » Slate.fr 4 avril 2019