Dragi Webdo n°344 : Piles plates (recos HAS), Covid (Nirmatrelvir, vaccin/grossesse), psychologues remboursés, paracetamol/HTA, allaitement, iSGLT2/amputations, caféine

Rédigé le 20/02/2022
Dr Agibus

Bonjour ! Pour commencer, parlons du dispositif "Mon psy" mis en place tout récemment pour permettre aux patients d'accéder à 8 consultations avec un psychologue prises en charge par l'Assurance Maladie. Pour cela, le site propose des modèles des 2 courriers nécessaires: le courrier d'adressage "Adressage pour un accompagnement psychologique (entretien d’évaluation et jusqu’à 7 séances de suivi) par un psychologue conventionné avec l’Assurance Maladie (préciser si ALD/AT/Maternité)" et le courrier d'accompagnement comportant la description des symptômes. Voici les autres articles de la semaine, bonne lecture !



1/ Covid-19

L'article concernant le Nirmatrelvir (Paxlovid) a été publié dans le NEJM. Les données sont concordantes avec celles présentées il y a quelques semaines dans le dossier de la HAS. L'étude décrit les résultats complets et confirme un bénéfice sur la mortalité avec un NNT de 76 pour les patients traités dans les 3 jours et de 88 pour ceux traités dans les 5 jours.

Un article du CDC retrouve que les enfants de moins de 6 mois sont moins à risque d'hospitalisation pour Covid-19 en cas de vaccination maternelle pendant la grossesse. L'efficacité de la vaccination sur ce critère pendant la grossesse était de 61% en moyenne, mais variant entre 30% chez les nourrissons de mère vaccinée en début de grossesse (< 20 semaines de grossesse) à 80% chez ceux de mère vaccinée en fin de grossesse. Enfin, notons que ces résultats ont été obtenus à une période où les variants Delta et Omicron circulaient.

2/ Cardiovasculaire

On avait vu dans les recos de l'HTA de 2020 que le paracétamol augmentait la pression artérielle. Cette étude contrôlée randomisée en cross-over, chez des patients non douloureux, a retrouvé que la prise de 1g de paracetamol x 4/ jour pendant 2 semaines augmentait la systolique de 4,7mmHg et la diastolique de 1,6mmHg. C'est probablement un facteur à prendre en compte lors de la prise en charge de patients douloureux chroniques.

Les bénéfices de l'allaitement sur les cancers du sein, de l'ovaire et le diabète sont bien connus. Un revue systématique a inclus plus d'un million de patientes dont 80% ayant déjà allaité. La durée moyenne d'allaitement dans la vie des patientes ayant allaité était de 15 mois. Elles ont été suivies pendant environ 10 ans. Les auteurs retrouvent que l'allaitement réduisait significativement le risque de coronaropathie, d'AVC et la mortalité cardiovasculaire. Ces bénéfices étaient progressifs pour des durées d'allaitement croissantes jusqu'à 12 mois où un pallier était atteint.



3/ Nutrition et diabétologie

Les études de pharmacovigilance faisaient suspecter un sur-risque d'amputation avec les inhibiteurs de SGLT2. Ceci était retrouvé dans une comparaison entre iSGLT2 et aGLP-1 (cf ici). Une étude s'est intéressée à ce risque et fait finalement suspecter que la différence de survenue d'amputation pourrait être liée à un effet protecteur des aGLP-1 plus qu'à un effet délétère spécifique des iSGLT2. (Cependant, étant donné que les diurétiques sont connus pour augmenter légèrement le risque d'amputation et que les iSGLT2 sont des diurétiques, il est probable que les 2 mécanismes soient impliqués.)

Le JAMA a publié un article sur les effets de la caféine sur la santé. Aux doses usuelles (moins de 16oz par jour, soit 2 tasses/jour). Elle permet d'améliorer l'attention, d'améliorer le temps de réaction, de diminuer la fatigue, de diminuer la sensation de faim et de réduire modestement le poids, et de diminuer les symptômes dépressifs et le risque de suicide. Cependant, elle augmente l'anxiété et les troubles du sommeil, entraine des syndromes de sevrage en cas d'arrêt brutal (céphalées, dépression, asthénie). A forte dose (> 1200mg soit plus de 16 tasses/jour), la caféine peut entrainer de l'anxiété sévère, majorer la pression artérielle et être impliquée dans une augmentation du risque de mortalité quand associée à de l'alcool. 



 4/ Pédiatrie

La HAS a publié des recommandations concernant l'ingestion de piles plates/bouton par les enfants. C'est une urgence vitale, nécessitant une prise en charge dans les 2 heures, des lésions graves (surtout œsophagiennes) pouvant apparaître après ce délai. Les facteurs de gravité sont un âge < 5 ans et une pile mesurant plus d'1,5cm. En cas de suspicion d'ingestion de pile plate (devant témoin ou suspectée devant des symptômes atypiques comme une toux, dysphagie...), il s'agit d'une urgence et l'enfant doit être adressé au SAU le plus proche pour réaliser une radiographie thoracique afin de confirmer l'ingestion, auquel cas, une fibroscopie gastrique urgente est recommandée dans un grand nombre de situations. Deux points importants: ne pas faire vomir l'enfant et maintenir l'enfant assis durant le transport (ne pas l'allonger). 



C'est terminé pour cette semaine! Vous pouvez toujours vous abonner sur FacebookTwitter et à la newsletter (mail) pour ne rater aucun billet. Pour cela, inscrivez votre adresse mail e-mail tout en haut à droite sur la page (sans oublier de confirmer l'inscription dans le mail intitulé "FeedBurner Email Subscriptions", qui vous sera envoyé et qui peut arriver dans vos spams)

A la semaine prochaine,

@Dr_Agibus (et @DrePetronille pour la relecture)