Atchoum

Gilets Jaunes : 250 000 salariés de l’Hospitalisation Privée priés de ne pas manifester

Rédigé le 05/12/2018
jeanyvesnau

Bonjour

A partir de quand, et de quel droit, un employeur peut-il restreindre le droit des ses salariés à manifester ? C’est la question d’actualité soulevée aujourd’hui par Lamine Gharbi 1 président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP). Ainsi ce peu banal message mandé à la presse française :

« Paris le 5 décembre 2018 – Notre pays connait depuis plusieurs semaines une situation de tension sociale intense avec le mouvement des « Gilets jaunes ». Cette crise prend aujourd’hui des proportions susceptibles de menacer le vivre-ensemble et les fondements du pacte républicain.

En tant qu’établissements de santé, les hôpitaux et cliniques privés ont un rôle important dans la cohésion de la société. La confiance que leur accordent les Français leur donne aujourd’hui la responsabilité d’appeler à l’apaisement et à la préservation des valeurs démocratiques, indispensables au bon fonctionnement des institutions.

Lamine Gharbi, président de la FHP :

« Alors que les prochaines mobilisations portent le risque de déborder du cadre républicain en engendrant de nouvelles violences, j’appelle les 250 000 salariés de l’ensemble des hôpitaux et cliniques privés à adopter une attitude responsable en évitant de prendre part aux manifestations annoncées samedi. Dans le contexte actuel, le rôle de chacun est de contribuer à apaiser les tensions et préserver les conditions du débat démocratique. »

France, 5 décembre 2018 : A partir de quand, de quel droit et jusqu’où peut-on tenter d’apaiser ?

A demain

@jynau

1 Docteur en pharmacie, Lamine Gharbi est titulaire d’un Mastère de management de l’industrie pharmaceutique (Ecole Supérieure de Commerce – Dijon) et d’un Mastère de DESS d’Economie et Gestion des Etablissements de Santé (CESEG – Université de Montpellier I). Il a débuté dans le secteur hospitalier privé en 1990, comme pharmacien de la clinique Pasteur à Pézenas (Hérault), avant de constituer progressivement un groupe régional d’établissements de santé Cap Santé, dont il est le président. Cap Santé accueille 120.000 patients chaque année, dont 70.000 dans ses 4 services d’urgence. 1.200 salariés y travaillent et plus de 300 médecins y exercent.