Vigilances

Vigilances

------------------------
Rédigé le 30/09/2020
Par docteurmemepaspeur
------------------------

Remplacements médecine générale – été 2020.

Douze ans, un âge où l’on pense à ses nouveaux amis, la rentrée des classes, au sport, aux jeux vidéos, et au goût de ces longues vacances d’été achevant une période bien particulière liée au covid.

Mathieu a 12 ans, son père me l’amène en consultation pour fatigue depuis l’été. Depuis quinze jours il est comme « mou » sur le terrain de rugby.

On ne comprend pas avec ma femme, qu’est ce qu’il a soif ! Rien que cette nuit il a dû boire deux litres

C’est presque sous cortical. Mon cerveau fait un combo tilt merde. Une belle merde. J’en sais quelquechose, j’ai fait ma thése sur le sujet. Vite je réfléchis. Paraître serein, ne rien montrer, mener un interrogatoire large, un examen clinique complet comme d’habitude, sans rien écarter pour mieux préparer ma réaction. Le temps de reprendre mes esprits, sortir calmement l’appareil à glycémie. J’explique à Mathieu que ça fait partie du bilan de fatigue.

On pique, une première fois : deux grammes. C’est déjà trop. Mais je ne suis pas sûr. Je lui refais un dextro : Hi. Le plus haut que la machine peut relever, soit environ six grammes/Litre. Un taux normal est sous les 1,26g/L. Combo tilt merde bis je savais. J’en tremble, ils me questionnent du regard.Je ne veux pas être ce médecin que Mathieu retiendra pour toujours comme celui qui lui a annoncé ce jour là une maladie qui allait gâcher sa vie. Je suis dans la projection des moments difficiles à venir, j’ai presque envie de chialer pour eux.

Je prends une respiration, et informe Mathieu et son papa que le taux de sucre est trop haut dans le sang, expliquant tous les symptômes. Il a perdu 5kg. Il va falloir aller à l’hôpital, aux urgences pédiatriques faire baisser ce foutu taux de sucre.

Non on ne guérit pas, oui c’est chronique.

Oui Mathieu tu pourras toujours jouer au rugby ne t’inquiète pas.

Oui, il faut préparer des affaires car il ne restera pas qu’une nuit à l’hôpital.

Oui…. c’est ce qu’on appelle un diabète. Les mots seront prononcés.

Tout ça en vingt minutes. Dans des journées où la moindre goutte au nez est une suspicion covid, où chaque petite rhinite fait un forcing au secrétariat pour être vue dans la journée, et qui a la chance d’être prélevée par nos soins directement pour la PCR. A cela s’ajoutent la masse de certificats et arrêts de travails en lien avec la pandémie. Ça ne prend pas vingt minutes, une telle annonce. Même si on nous mets une super infirmière qui prend les constantes comme le veut l’Etat.

Ce qui se joue, c’est la vie d’un enfant, et sa famille.

Le Covid est au premier plan, partout,omniprésent, renforce nos peurs. Il ne doit pas faire oublier qu’au milieu de tout ça, il y a des Mathieu.

Docteur même pas peur – reconnaissant.

Je ne remercierai jamais autant l’Aide aux Jeunes Diabetiques ( AJD) pour tout ce qu’elle m’a apporté et ce qu’elle apporte à ces enfants. La prévalence de cette maladie auto-immune est en augmentation.