Le monde d'après ressemble au monde d'avant.

------------------------
Rédigé le 27/09/2021
Par JC GRANGE
------------------------





Les faiseurs de miracles nous avaient annoncé que l'après Covid ne serait plus jamais comme l'avant sur le plan de la science médicale et de la réglementation pharmaceutique !

Ce serait mieux après.

Bah, ce n'est pas si simple...

L'histoire ne se répète pas, dit-on, elle bégaie.

Les vaccins chez les enfants.

On apprend par le laboratoire Pfizer, un communiqué de presse, que le vaccin anti Covid Pfizer est efficace et sûr pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Nous n'avons pas encore les données (pas plus d'ailleurs au moment où j'écris que les journaux médicaux ou les agences gouvernementales d'évaluation) sur cette étude.

Le ministère australien de la santé, la main sur la couture du pantalon, nous annonce qu'il se tient prêt.

Le ministère israélien de la Santé enclenche la vaccination chez les enfants de 5 à 11 ans (il n'a pas plus de données ou alors, c'est secret défense).

Maryanne Demasi, ICI, sur son excellent blog nous apprend : 

  1. Que le vaccin a été testé sur des enfants "sains", c'est à dire sans facteurs de risques, sans maladies nécessitant la prescription au long cours d'immunosuppresseurs ou de corticoïdes...
  2. Qu'il n'y a pas assez de sujets pour détecter un effet indésirable rare
  3. Que le critère principal de l'essai est un critère de substitution (non clinique)
  4. Et que, le vaccin va être administré chez des enfants à risques dont ceux traités par immunosuppresseurs et corticoïdes

Les masques chez les enfants aux US (et accessoirement en France).

L'épisode du Bangladesh

Sur la foi d'une étude contrôlée (trois bras) menée au Bangladesh en milieu rural sans vaccination et sans immunité naturelle chez des adultes il est démontré que le port d'un masque chirurgical est efficace pour diminuer la transmission du Covid symptomatique et que le port d'un masque en tissu est inefficace (transmission identique au bras contrôle).


Et pourtant, comme rappelé par Vinay Prasad LA, les autorités recommandent le port du masque chirurgical à l'école, notamment à San Francisco (mais ailleurs aux US), dans des zones où les taux de vaccination sont très élevés et où il existe probablement une forte immunité naturelle en précisant : il vaut mieux être masqué", quel que soit le masque (i.e. en tissu). Tout est faux dans l'affaire.


Par ailleurs, je ne peux résister à l'envie de publier un texte critique sur l'étude menée au Bangladesh qui rend le commentaire de Vinay Prasad moins crédible mais qui rend les mesures de masquage des enfants encore plus infondées : LA.


Mais l'affaire ne s'arrête pas là. 


Les deux études américaines.

Deux essais menés aux US et menés (et vantés) par le CDC, agence officielle étasunienne, sont parus.
Leurs auteurs affirment qu'ils démontrent l'utilité du masque en milieu scolaire sur la diminution de la diffusion du virus du covid (et la diminution du nombre de clusters).


Les voici : 


CDC’s Maricopa and Pima County Study : LA
et
Pediatric cases in counties with or without mask requirements : ICI


Les critiques de Vinay Prasad sont cinglantes : ICI.


Signalons aussi que les thuriféraires français des 2 études précitées n'ont pas bougé d'un poil, n'ont pas émis le moindre doute sur la validité des études et n'ont pas répondu aux objections de Vinay Prasad (ce qui est quand même la moindre des choses quand, scientifiquement, on n'est pas d'accord avec quelqu'un).


Vacciner ceux qui ont déjà fait le Covid

En France, comme aux US, on n'a pas molli.


Voici une capture d'écran concernant la réponse du fameux Fauci à la question : faut-il vacciner les infectés ?




Bon, c'est tout pour aujourd'hui.