Dragi Webdo n°348 : Lyme (HAS), TCA (USPSTF), tics de l'enfant, algies vasculaires de la face, statines (RRR, RAR), Covid (delta vs omicron)

Rédigé le 22/03/2022
Dr Agibus

Bonjour ! Nous espérons que vous avez passé une belle semaine. Voici les actualités de la semaine, bonne lecture, avec ce billet court mais varié !



1/ Covid-19

Une étude française a comparé les infections à Delta et Omicron dans les services d'accueil des urgences parisiens. Sur environ 1700 patients, les patients atteints par le variant Omicron étaient plus jeunes,  mieux vaccinés. Ils avaient moins de dyspnée, moins de risque d'hospitalisations et une mortalité plus faible hospitalière qui persistait notamment après ajustement sur le nombre de doses de vaccins. L'Omicron semble donc bien moins virulent que le Delta.



2/ Cardiovasculaire

Nous avions discuté des quelques études retrouvant un bénéfice à un traitement intensif hypolipémiant en prévention secondaire bien que les résultats ne soient pas concluants en essai randomisé (ici). Cette revue systématique du Jama Internal Medicine a étudié le bénéfice des statines en prévention primaire et secondaire. Les auteurs retrouvent en prévention primaire: une réduction relative du risque de 13% et une réduction absolue du risque de 0,6%. En prévention secondaires la RRR est de 14% et la RAR 0,9%. Le plus intéressant est de voir que le gain cardiovasculaire ne semble pas lié à la baisse du LDL, compte tenu de la pente non significative de la relation entre baisse du LDL et baisse de mortalité.



Un article du BMJ fait le point sur les algies vasculaires de la face. Ce sont des violentes douleurs unilatérales (plus souvent à droite), péri-orbitales avec des symptômes associés de type larmoiement, rhinorrhée, obstruction nasale ou ptosis et/ou de l'agitation. Les symptômes durent entre 15 et 180 minutes et se reproduisent souvent entre 2 et 4 fois par jour. La forme principale se manifeste par des périodes de crises s'étalant sur 7 jours à 1 an, avec des périodes de rémission de plus de 3 mois. L'oxygène de 6 à  12L/min  étant difficilement réalisables en ville, les triptans sont les traitement de choix. Le sumatriptan 6mg SC ou 20mg nasal et le zolmitriptan nasal ou oral de 5 à 10mg semble réduire la douleur chez plus de 50% des patients après 10min en SC et 30 minutes en nasal. En cas de crises répétées et le temps de mettre en place un traitement de fond, de la prednisone 100mg/j pendant 5 jours suivie d'une décroissance de 20mg/jour tous les 3 jours semble être efficace pour réduire le nombre de crises la 1ère semaine (7 vs 9,5). Le verapamil à libération immédiate 120mg x 3 par jour est le traitement préventif de référence. Le topiramate, la gabapentine et le baclofène semblent aussi avoir une efficacité pour prévenir les crises. 

3/ Pédiatrie

Le BMJ aborde également les tics moteurs chez l'enfant. C'est une pathologie fréquente, atteignant 20% des enfants mais dont la durée n'excède généralement pas quelques semaines à quelques mois. Le syndrome de Gilles de La Tourette comporte des tics moteurs et vocaux durant plus de 1 an. Un des principaux diagnostics différentiels est les stéréotypies (tics: mouvements abrupts/brefs, touchant la tête, avec besoin prémonitoire soulagé par le tic, sans lien avec les pensées, survenant vers 6-7 ans, aggravé par le stress et l'anxiété, s'améliorant à l'adolescence versus stéréotypies: mouvement rythmé/coordonné, touchant les membres, sans besoin prémonitoire, en lien avec les pensées, débutant avant 3 ans, non modifié par le stress ou par l'âge). Il faut rechercher les comorbidités (TOC, anxiété, dépression...) et les difficultés psychosociales. Si le symptômes sont modérés: réassurer les parents. S'ils sont plus importants, les TCC sont la base du traitement et parfois des traitements médicamenteux peuvent être instaurés après un avis spécialisé (pédiatre, psychiatre ou neurologue selon le tic). 



4/ Psychiatrie

L'USPSTF a publié des recommandations sur le dépistage des troubles de conduites alimentaires. Les auteurs ne retrouvent pas de preuves suffisantes pour recommander ou ne pas recommander un dépistage des adolescents et adultes asymptomatiques. Il est cependant possible de dépister grâce au SCOFF (cf ici), ou grâce à un questionnaire pour le dépistage en médecine générale (2 réponses positives faisant suspecter un TCA): 

  • Êtes-vous satisfait de vos habitudes alimentaires ? 
  • Vous arrive-t-il de manger en cachette ? 
  • Votre poids affecte-t-il la façon dont vous vous sentez ? 
  • Des membres de votre famille ont-ils souffert d'un trouble alimentaire ? 
  • Souffrez-vous actuellement ou avez-vous déjà souffert d'un trouble alimentaire ?



5/ Infectiologie

Dans l'attente de nouvelles recommandations, la HAS a publié un guide du parcours de soins dans la maladie de Lyme. Après une exposition possible à une piqure de tique, la recherche de tique sur l'ensemble du corps doit être effectuée pour effectuer un retrait immédiat avec un tire-tique (sans anesthésie locale). Les patients peuvent alors faire un signalement sur "CiTique" (projet de l'INRAE), puis surveiller la zone pendant 1 mois. En cas d'érythème migrans (érythème de plus de 5cm de plus d'une semaine après la piqure), une antibiothérapie est recommandée ainsi qu'une surveillance pendant 1 mois pour s'assurer de la disparition de l'EM. S'il persiste ou qu'il y a des signes autres d'une maladie de Lyme, un avis spécialisé est recommandé.



Voilà, pensez à vous abonner sur FacebookTwitter et à la newsletter (mail) pour ne rater aucun billet. Pour cela, inscrivez votre adresse mail e-mail tout en haut à droite sur la page (sans oublier de confirmer l'inscription dans le mail intitulé "FeedBurner Email Subscriptions", qui vous sera envoyé et qui peut arriver dans vos spams)

A la semaine prochaine,

@Dr_Agibus (et @DrePetronille pour la relecture)