e-Hôpital du futur

e-Hôpital du futur

------------------------
Rédigé le 21/04/2019
Par Z
------------------------

Soyez prêts à être le patient de demain

Le Centre d’Excellence Xavier de Salmigondis a été inauguré vendredi dernier par Xavier de Salmigondis lui-même. L’équipe du Quotidien du Docteur (QdD) était sur place pour couvrir l’évènement et vous faire découvrir en avant-première ce bijou technologique qui fait entrer la France dans la médecine de demain. Ce centre particulièrement innovant a bénéficié d’une subvention exceptionnelle de l’Union Neuropéenne dans le cadre du projet « Start’Hôpital et e-santé 2042 » porté par plusieurs lobbys députés, donc Xavier de Salmigondis.

Dès l’entrée des Urgences, on entre dans l’ère du numérique. En effet, un lecteur de carte contrôle l’accès. Le patient doit y poser sa carte Vidale biométrique (nouveauté prévue pour janvier 2020) tout en apposant son index sur le lecteur d’empreinte. Le sas ne s’ouvre que si les droits du patient sont à jour. Roger Dujean, Secrétaire d’Etat en charge de la destruction de la Sécurité Sociale, nous a expliqué que cette mesure pourrait faire économiser des centaines de milliers d’euros à l’organisme. En effet, certains patients abusent du système et cherchent à se faire soigner alors qu’ils n’ont pas rempli le formulaire 104b-E entre le 15 mai 8h et le 17 mai 16h15 comme on leur avait pourtant demandé.

Dans le cas où les droits sont à jour, les portes s’ouvrent et le patient se retrouve dans le sas « e-patient ». Il n’a plus qu’à s’asseoir sur le fauteuil Salmi-Chair© et laisser faire la machine. Le fauteuil le pèse, lui prend la tension, le pouls, la saturation en oxygène, ainsi que son âge son sexe et son origine ethnique (grâce à une analyse ADN de ses cheveux). Tout est rentré automatiquement dans le logiciel Salmi-ware©. Grâce à tous ces paramètres numériques, l’algorithme Salmi-Doc© calcule s’il est nécessaire ou non de scanner le patient. Si c’est le cas, la Salmi-chair© s’allonge et le patient reçoit une injection de curare pour être parfaitement immobile pendant que la machine le scanne.

Tout ce processus dure à peine une dizaine de minutes et l’on voit déjà l’énorme économie en temps – et surtout en personnel !- que cela représente. Terminé l’infirmière qui prend vingt minutes pour recueillir la tension artérielle et la fréquence cardiaque parce qu’elle discute de la météo et du chien des voisins… Le XXIème siècle est le siècle de l’information, et l’information doit aller vite. Plus besoin non plus de passer de longues années de formation en école de soins infirmiers pour cela: l’entreprise Salmi-Health© propose son service d’auxiliaires de santé, les Sami-auxi©, qui seront spécifiquement formés pour utiliser la Salmi-chair©. Leur formation étant nettement plus courte que celle d’un professionnel de santé habituel, leur salaire pourra être diminué de moitié, ce qui sera encore une économie substantielle, comme l’a fait remarquer Roger Dujean.

Le QdD: Mais comment le logiciel Salmi-Doc© décide-t-il de la prise en charge d’un patient exactement?

Xavier de Salmigondis: Nous utilisons les toutes dernières avancées en Intelligence Artificielle. Nous avons compilé des millions de cas cliniques de patients qui se sont présentés aux Urgences entre 1990 et 2018 et nous avons fait des analyses statistiques qui nous permettent de prédire à 90% la prise en charge correcte pour un malade à partir des paramètres de la Salmi-Chair©.

Le QdD: Mais alors que faites-vous pour les 10% d’erreur?

Xavier de Salmigondis: L’erreur est humaine! Comme disait mon père, Richard de Salmigondis, grand chirurgien, « le médecin est un Dieu, mais il reste homme, et les hommes ont des faiblesses ». Sa faiblesse à lui, c’était les femmes! Ha ha ha…

Pour clore la visite, nous avons pu observer une simulation sur un faux patient. Une aide soignante a accepté de participer en tant que patiente-cobaye en échange d’une prime de noël (prime supprimée l’an passé pour permettre d’investir dans le logiciel Salmi-Health©).

Elle s’est installée sur la Salmi-Chair© et tous ses paramètres ont été pris parfaitement. C’était tout à fait fascinant de voir apparaître sur l’écran sa tension artérielle, sa fréquence cardiaque, son taux d’hémoglobine… comme par magie! Vraiment futuriste. Puis la machine s’est mise à calculer. Finalement nous avons vu la femme ressortir avec un ticket à la main, au format ticket de caisse, indiquant: « retour à domicile ».

Nous nous somme penchés sur l’analyse du Salmi-Doc© pour cette patiente. Le fait que son sexe était « femme » et sa couleur de peau « noire » ont apparemment déclenché la fonction « syndrome méditerranéen » du logiciel qui détecte les douleurs exagérées ou simulées. Elle a donc naturellement reçu la prise en charge « retour à domicile ». On imagine les économies réalisées par rapport à une prise en charge classique!

Avec un tel centre futuriste, la santé innovante est à nos portes, et notre pays sans nul doute à la pointe de la e-santé artificielle.

En direct du Centre d’Excellence Xavier de Salmigondis, Josselin Dugenou, pour le Quotidien du Docteur.

—–

Notes: