Dr Marcel Patate, idiopathe

Dr Marcel Patate, idiopathe

------------------------
Rédigé le 25/04/2019
Par Z
------------------------

Marcel Patate avait remarqué une chose durant ses longues et pénibles études de médecine: il y avait une maladie qui était la cause de presque toutes autres.

Marcel a d’abord compris qu’on ne dit pas la « cause » d’une maladie mais l' »étiologie », sinon on passe pour un ignare. Il a alors bien étudié tous les paragraphes « étiologie » de ses manuels et presque à chaque fois, l’étiologie principale était: « idiopathique ».

La scoliose? Idiopathique. L’épilepsie? Idiopathique. Le syndrome de Guillain-Barré? Idiopathique. Infertilité? idiopathique!!

Au moment de choisir sa spécialité Marcel Patate a du faire de savants calculs: il fallait avoir suffisamment de patients pour pouvoir partir aux sports d’hiver, mais pas trop non plus pour pouvoir regarder les matchs.

Si l’idiopathie était partout, alors il serait idiopathe.

Il était en train de visser sa plaque dorée à côté de la porte de l’immeuble lorsqu’un passant lui demanda: « Vous êtes le nouveau médecin? » Il répondit du tac au tac: « Oui oui c’est bien moi. Marcel Patate, idiopathe. » L’homme prit immédiatement rendez-vous. Enfin, un médecin qui le comprendrait!

C’est ainsi que le Dr Patate eut son tout premier patient.

-Voilà docteur, je crois que j’ai un problème idiot.

-Je vous écoute.

-Lorsque que je me penche, ça fait mal. C’est idiot je sais.

-Effectivement, en langage scientifique on appelle ça une rachialgie et la plupart des rachialgies sont idiopathiques, tous les médecins savent cela mais c’est normal que le commun des mortels comme vous doute.

-J’en étais sûr.

-Pas de problème.

-Que dois-je faire alors?

-Comme tous les problèmes idiopathiques, cela se traite par le mépris. Je suis spécialiste, je sais de quoi je parle.

-Ah d’accord.

-Revenez me voir si mon traitement n’a pas fonctionné. Vous pouvez me faire confiance, j’ai eu mon diplôme!

Le patient se leva avec peine et partit après avoir réglé la toute première consultation du Dr Patate.

Ce fut le premier d’une longue liste. Il ne revit jamais ce patient! Preuve de l’efficacité du traitement…

Le docteur Patate fit ensuite modifier sa plaque pour afficher son taux de succès record:

Docteur Marcel Patate 
Idiopathe
Diplômé de la Faculté de Médecine Saumonée
88% de patients traités avec succès

Malheureusement ce qui devait arriver arriva. Une patiente mécontente avait porté plainte contre lui.

Les bonnes femmes… il s’en était toujours méfié, mais celle-là il ne l’avait pas vue venir! La femme s’était retrouvée amputée du bras après avoir traité par le mépris une infection idiopathique. L’affaire fit grand bruit et la chef du service des Urgences de l’hôpital local déclarait à qui voulait l’entendre que le nombre d’entrées aux Urgences avait explosé, avec presque exclusivement des patients du Dr Patate.

Marcel était songeur… Cette femme n’avait visiblement pas du étudier les bons manuels de médecine… Ou bien elle était frustrée. Probable vu qu’elle avait pris une spécialité d’homme.

Le Conseil Intersidéral de l’Ordre des Docteurs décida malgré tout de lui retirer la partie pathique de sa spécialité, avec obligation de modifier sa plaque.

Dr Marcel Patate
Idiot
Reçoit à toute heure avant 20 heures

Les patients se firent plus rares… Marcel ne partait plus au ski… Il décida finalement de se reconvertir et ouvrit une friterie, au grand bonheur des habitants de la ville. On raconte que le ministre de la santé célébra cette année-là une amélioration exceptionnelle des indicateurs de santé de la population, et gagna grâce à cela les élections présidentielles. L’étiologie de cette amélioration demeura, quant à elle, idiopathique.

Dans la grand’rue, il y avait toujours une longue file d’attente pour les cornets de frites du docteur. Sur la devanture on pouvait lire:

Friterie Patate
"Si y a pas d'indication, y a pas de contre-indication!"

-FIN-

Note: IDIOPATHIQUE, adj., (CNRTL)

  • * Dans l’article « IDIOPATHIE,, subst. fém. »MÉD.,peu usité. ,,Maladie qui existe par elle-même sans dépendre d’une autre maladie«  (Méd. Biol. t. 2 1971).
  • Prononc. et Orth. : [idjɔpati]. Att. ds Ac. 1762-1878.
  • Étymol. et Hist. 1586 idiopithie (sic), (J. Svav, Traitez de la peste, p. 83 Vo). Empr. au gr. ι ̓ δ ι ο π α ́ θ ε ι α « affection, sentiment que l’on éprouve pour soi-même ».
  • DÉR.Idiopathique, adj.,méd. a) Qui existe par soi-même. Anémie, épilepsie, névralgie, phtisie idiopathique.Ces diverses affections du système nerveux peuvent être idiopathiques ou sympathiques, c’est-à-dire, dépendre directement de son état propre, ou tenir à celui des organes principaux (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 424).b) D’origine inconnue (cf. Méd. Biol. t. 2 1971). − [idjɔpatik]. Att. ds Ac. 1762-1878. − 1reattest. 1602 (Taxil ds Lar. Lang. fr.); du rad. de idiopathie, suff. -ique*.